La vision
La vision
octobre 2019

La Qualité de Vie au Travail chez GT solutions

Toujours présente depuis la création de GT, la qualité de vie au travail est l’un des axes stratégiques de la transformation de l’entreprise.

Une récente enquête sur ce thème, menée auprès des salariés, va déboucher sur des actions concrètes dans chaque filiale.

qulité de vie au travail GT Janvier 2017 : on parle de bien-être au travail

Suite au séminaire qui s’est tenu à Poitiers en mars 2016 sur la transformation de l’entreprise, 4 axes stratégiques ont été définis pour porter la Vision de GT. Parmi eux, « Le bien-être au travail » montre que l’entreprise se préoccupe de l’épanouissement de ses salariés. Une ambition est même énoncée : devenir l’entreprise de transport préférée de ses salariés.

Ce thème a d’abord été pris en charge par un groupe de travail composé de Caroline Brun (animatrice du groupe), Marcel Paradeise, Maxime Delattre, Philippe Garrigues et Carole Pernette.

Très vite, le groupe interroge les salariés : pour vous, qu’est-ce que le bien-être au travail ? Parmi les 30 % de salariés qui répondent, chacun avance sa propre définition :

« Le bien-être au travail est la bonne relation avec mes collègues et le client, le fait d’accomplir mon travail dans la bonne humeur et d’être reconnu par ma hiérarchie et le client »

 « Ça se tient à avoir du bon matériel, de bonnes conditions de travail, une bonne entente entre les collègues, que ce soient des collègues GT ou des collègues clients »

 « Le bien-être au travail c’est quand on arrive le matin avec le sourire, quand le travail n’est pas une contrainte, mais une satisfaction de rendre service en accomplissant dans de bonnes conditions humaines et matérielles la mission du jour, tout simplement »

Du bien-être à la qualité

En 2018, le groupe lance l’idée d’une enquête plus approfondie, avec un objectif plus important en termes de nombre de salariés participants. Au final, l’enquête est lancée entre novembre et décembre 2018. GT solutions se fait accompagner par un cabinet externe constitué de 2 psychologues du travail. Étape préalable, des entretiens qualitatifs ont permis d’adapter les questions de l’enquête finale afin qu’elles correspondent au mieux à l’entreprise.

L’objectif de cette enquête est de pouvoir prioriser les actions à mener pour améliorer la qualité de vie au travail des salariés, au cas par cas puisque les résultats et donc les actions sont personnalisés par filiale. Plus que de bien-être, on parle désormais de « Qualité de vie au travail ».

Cette enquête questionne les thèmes essentiels qui touchent au quotidien professionnel : les conditions de travail, les relations avec les collègues, l’autonomie et la prise d’initiatives, la reconnaissance du travail effectué, le climat social, et plus globalement l’engagement au service de l’entreprise.

Premier enseignement : 41.4 % des salariés, soit 796 personnes ont répondu à l’enquête. Une participation élevée qui montre l’intérêt suscité par ce thème ! Autre précision : parmi les répondants, 61.7 % sont des conducteurs et 18.1 % des fonctions support.

Parmi tous ces thèmes, certains affichent un score satisfaisant. Ils représentent donc des ressources pour GT solutions :

La qualité des relations dans le travail 3.8/5

La dimension « Autonomie -marge d’initiatives » 3.6/5

L’engagement 3.6/5

D’autres sont en revanche plus faibles et doivent être améliorés.

Et maintenant, que se passe-t-il ?

Au vu de ses résultats, chaque filiale va mettre en place son plan d’action personnalisé et choisir un pilote de la Qualité de vie au Travail (QVT). Céline Montagne, leader RH : « Cela pourra être des microactions, il vaut mieux privilégier le qualitatif au quantitatif de toute façon. L’idée c’est aussi de comprendre que nous sommes tous responsables et acteurs de la qualité de vie au travail, pour nous et pour les autres. »

Les pilotes QVT pourront compter sur l’appui de Carole Pernette, nommée pilote groupe de la Qualité de Vie au Travail, pour les aider dans sa mission. Carole : « Mon rôle n’est pas de faire à la place de, mais d’animer et de coordonner les pilotes afin d’assurer la définition du plan d’actions pour leur filiale, et les aider à la mise en œuvre. Dès leur désignation, je prendrai contact avec eux. Je vais aussi repérer chaque action qui fonctionne bien en région et voir si on peut la dupliquer ailleurs. »

La qualité des relations dans le travail ? Un conducteur témoigne

Rodolphe Heno est resté 8 ans comme conducteur nuit chez GT Bretagne. Sollicité par un de ses amis qui crée sa société de transport, il décide de le rejoindre et quitte GT Bretagne en décembre 2018. « Ça ne s’est pas bien passé du tout. Je travaillais toute la journée jusqu’à 21H le soir. Je n’avais plus de vie de famille, et je ne voyais personne. » Assez vite, Rodolphe déprime. Lorsque ses anciens collègues de GT Bretagne l’appellent pour prendre de ses nouvelles, il leur fait part de sa désillusion. Cela arrive aux oreilles de son ex-chef de groupe Xavier Tardif, qui le contacte. « Il m’a dit que si j’avais envie de revenir, il me reprenait de suite.» Le 10 juin 2019, Rodolphe réintègre donc son ancien poste. « Je ne regrette rien, j’ai fait mon expérience. Mais comme quoi il faut toujours garder de bonnes relations, même lorsqu’on quitte une entreprise. Je suis revenu grâce à la bonne mentalité de mes collègues de GT Bretagne et je suis plus heureux que jamais !   

Une autonomie qui fait gagner du temps

Kevin Robillard, conducteur polyvalent chez GT Nord, apprécie l’autonomie dont il dispose dans son travail quotidien.

« Je suis arrivé chez GT il y a 11 ans et au fil des années, mon rôle a évolué. Maintenant par exemple, s’il y a un souci sur le camion, je prends contact directement avec le garage, je fais faire les devis. J’envoie juste un message à mon responsable pour le tenir informé. C’est plus rapide et plus pratique pour tout le monde.

Comme conducteur, on a aussi la possibilité de proposer des idées d’amélioration pour le véhicule. ON a un budget pour ça. Si le devis est accepté, on peut le mettre en pratique. Moi, jusqu’à présent, mes idées n’ont pas abouti parce que c’était trop cher, mais les idées de certains collègues ont été acceptées. J’apprécie beaucoup cette autonomie, cela montre qu’on me fait confiance. »

 

 

 

 

 

 

Partage
Derniers articles